Après Budapest, après le Danube – retour au studio

Après Budapest, après le Danube – retour au studio


Je viens de rentrer de Budapest après avoir passé un mois à regarder, écouter, photographier et être attentive à tous les échos intérieurs que j’ai pu percevoir en parcourant cette ville majestueuse et décadente.

Les mots de Claudius Magris dans son livre « Danube » ont été mon premier guide, à partir duquel j’ai accepté toutes les dérivations et les écarts que mon attention réclamés.
Maintenant, je commence le travail d’atelier: il s’agit d’écouter et de revoir tout le matériel photographique et sonore.
À bientôt!


Échange artistique Lisbonne / Budapest Juillet 2018

Échange artistique Lisbonne / Budapest Juillet 2018

Pendant le mois Juillet 2018 je serai en résidence artistique à Budapest dans  La Budapest Galéria, pour développer un travail que j’ai nommé : A propos de Lisbonne et Budapest ou Le Tage et le Danube.

La Budapest Galéria est la structure d’art contemporain municipale de Budapest : ses actions comprennent l’installation d’œuvres contemporaines dans l’espace public, l’organisation d’expositions dans ses locaux au cœur de Budapest et les échanges d’artistes en résidence.

Un échange promu par la mairie de Lisbonne dans le cadre Lisbonne-Budapest, ville jumelées. À partir de l’expérience acquises en photographiant le Tage et une relecture de « Danube » de Claudio Magris, je propose de tourner le regard et l’oreille sur le Danube.

Vue de « Voyage à l’étranger – Magyar Körztársaság ou la Hongrie, 12 jours de septembre 2008 » fait lors d’un premier voyage en Hongrie

Catalogue de l’exposition « Les Maletes de Walter Benjamin – dispositius migratoris »

Catalogue de l’exposition « Les Maletes de Walter Benjamin – dispositius migratoris »

Catalogue de l’exposition collective et itinérante « Les Maletes de Walter Benjamin – Dispositius Migratoris ». Portbou, Madrid et Barcelone, entre septembre 2016 et septembre 2017.
Edité par l’Escola d’Estiu Walter Benjamin, à Portbou 2016.

D’une valise, apparement vide, émerge un récit sonore de 20min réalisée avec des enregistrements de son faits au long des missions photographiques de La Traversée fluvial. Évocation d’une part de passages de frontières – en l’occurrence la frontière luso-espagnole –
appelant à l’imaginaire pour transiter d’une condition à l’autre; d’autre part, de qualités benjaminiennes: flâneur anonyme, la mémoire, l’aura, la narration, la transmition.