Maudire, Bénir

Maudire, Bénir

2014-2017

Cette série, intitulée jusqu’à présent Maudire, Bénir, s’ouvre à de nouvelles images selon un principe de composition caractérisé par la dilatation et la contraction.

Les règles qui influent sur ma façon de photographier peuvent servir d’introduction : une photographie pratiquée comme une respiration, constante, régulière ; ma disponibilité envers la Nature, souvent sans autre objectif que celui de répondre à un élan, une voix — ceci est mon travail. Romantique, l’émotion me guide. Ainsi est apparue Maudire, Bénir, une collection de photographies sur la chance, la bonne et la mauvaise, consciente que le fait même de photographier, d’être face à ceci ou cela, est déjà un acte présidé par un des deux pôles : l’heur ou le malheur.

Quelle force nous pousse à être là et ne pas être ailleurs ? Le champ invoque le hors champ. Une image me rappelle aussi l’absence de tout ce qui n’y est pas et me place ainsi devant l’immensité du savoir, l’immensité de ce qui est ignoré.